">">
L'âme staf'

Agility

Agility

 

L’agility nécessite de bonnes bases en éducation et une grande confiance entre le chien et son maître.

L’American Staffordshire Terrier appartient à la catégorie de travail B selon le classement SCC

PARCOURS

Le parcours est composé d’obstacles qui, dans leur mise en place sur le terrain, donnent à son tracé sa spécificité en le rendant plus ou moins complexe et plus ou moins rapide. II doit être effectué par le chien dans un temps de base défini et selon un ordre imposé de franchissement des obstacles.

Le parcours a une longueur de 100 à 200 m et, selon la catégorie des épreuves, comprend de 15 à 22 obstacles dont 7, au minimum, sont des sauts. Les obstacles mis à disposition du juge doivent comporter au minimum 14 haies. Pour un parcours du 1er degré, il comprend de 15 à 18 obstacles.

La distance entre deux obstacles qui se suivent est au minimum de 5m et au maximum de 7m.

Le conducteur doit avoir la possibilité de passer de chaque coté de l’obstacle, exception faite du tunnel lorsqu’il est placé sous la palissade ou sous la passerelle.

Déroulement des épreuves

Le conducteur, après avoir déposé tous les objets (laisse collier, ceinture banane, etc., sort du SAS, avec son chien au pied à l’invitation du juge. Il se présente sur le ring et place son chien en position bloquée derrière la ligne de « DEPART ». Il ne doit rien conserver en main pendant I’épreuve. Il prend position à I’endroit de son choix, sur le parcours.

Après avoir franchit la ligne de départ, le conducteur ne doit pas revenir en arrière et franchir à nouveau cette ligne à l’exception d’un chien débutant sur ordre du juge.

Il donne le commandement de départ à son chien sur ordre du juge.

Le chronomètre est déclenché au moment où le chien franchit la ligne de «DEPART».

Les signaux acoustiques et commandements divers sont autorisés tout au long du parcours. A partir du signal de départ, le conducteur guide son chien pour I’amener à franchir les obstacles dans I’ordre prévu sans toucher ni le chien ni les obstacles. Le conducteur ne doit pas franchir, enjamber ou passer sous les obstacles. La fin du parcours et du chronométrage prend effet après le franchissement, par le chien, de la ligne d’arrivée. A la fin de l’épreuve, l’équipe rejoint immédiatement le sas d’arrivée afin de remettre le chien en laisse et de récupérer son matériel en sortant du terrain.

Source SCC : http://magazinecneac.fr/?q=discipline/agility/reglement-agility/C-organisation-concours

Les Agrès

Pour un Concours officiel, il doit être mis à disposition du Juge :

 

  • SAUTS : Minimum 14 haies, 1 pneu ouvrable ou fermé, 1 mur ou viaduc, 1 saut en longueur.
  • ZONES DE CONTACTS : 1 passerelle, 1 palissade, 1 balançoire.
  • AUTRES OBSTACLES : 1 slalom, 1 table (2 hauteurs), 2 tunnels rigides, 1 tunnel souple.

 

Sauf cas de force majeure, aucun agrès ne sera remplacé pendant une épreuve.

Les obstacles obligatoires sur une épreuve « AGILITY »

Le slalom ; La table ; Tunnel rigide et/ou souple ; Obstacles à zones ; Haies simples.

Les obstacles obligatoires sur une épreuve « JUMPING »

Le slalom ; Les haies ; Tunnel rigide et/ou souple ;

Les obstacles ne doivent présenter aucun danger pour le chien et leurs dimensions doivent être conformes aux prescriptions ci-dessous et aux schémas annexés. Ces obstacles doivent avoir les dimensions suivantes:

DA – LES SAUTS :

 

Haie Simple :
  1. Largeur 120 à 150 centimètres (barre).
  2. Hauteur : Catégorie B : 45 cm

Elles doivent être construites de façons différentes entre les montants :

  • Les haies simples sont munies de deux barres.
  • Avec barres diamètre ø 3 à 5 cm (Barres en métal interdit) Les barres doivent être en bois ou en matériau synthétique sécurisé. La barre supérieure doit tomber facilement.
  • Panneaux pleins – panneaux à claire-voie – panneaux avec balais (comporteront toujours une barre de chute en partie supérieure)
  • Aucune pièce, qu’elle soit amovible ou fixe, ne doit dépasser du support de barres.
  • Les ailes des haies doivent être construites de manière à interdire le passage du chien.
  • Les ailes d’une haie doivent être indépendantes l’une de l’autre et avoir une hauteur minimum de 1 mètre coté support de barres.
Haie double ou Oxer :

 

  1. Largeur 120 cm à 150 cm.  
  2. Réalisées par assemblage de 2 haies à barres uniquement. La mise en place doit se faire en ligne droite par rapport à l’obstacle précédent. Un différentiel de 10cm de hauteur sur la barre de la haie arrière par rapport à la première haie de l’oxer.
  3. Catégorie B : 45 cm en hauteur et 40 cm en largeur.
Le mur :

Les hauteurs :

 

  1. Catégorie « A » : 35 cm,
  2. Catégorie « B » : 45 cm,
  3. Catégorie « C » : 60 cm,
  4. Catégorie « D » : 45 cm.

 

Largeur mini 120 cm à 150cm. La base doit avoir une épaisseur approximative de 20 cm, le haut ne doit pas avoir moins de 10 cm.

Les tours font partie de l’obstacle, elles doivent avoir une hauteur de 1 mètre. Elles ne peuvent être reliées entre elles ni fixées à la partie centrale.

Panneau plein comprenant 1 ou 2 ouvertures en forme de tunnel. Sur la partie supérieure du mur sont posés des éléments amovibles en forme de U à l’envers Ω.

Le pneu standard ou ouvrant :
  • Diamètre de I’ouverture : 45 cm à 60 cm.
  • Distance de l’axe du pneu par rapport au sol : « A » 45 cm, « B et D » 55 cm, « C » 80 cm.
  • Epaisseur du pneu : Minimum : 8cm, maximum : 18cm.
  • Largeur du cadre : maximum 150cm

 

La partie basse intérieure du pneu doit être obturée pour des raisons de sécurité. Le pneu est réglable en hauteur par un système de chaînes ou cordes, des fixations rigides sont exclues.

Les pieds support.

Les matériaux légers ne sont pas utilisés, le pneu doit être solide et stable.

La mise en place doit se faire en ligne droite par rapport à l’obstacle précédent. Le pneu ne peut être utilisé qu’une seule fois sur le parcours.

Le pneu ouvrant est conseillé.

 

Le saut en longueur :

Composé d’éléments ascendants (2 à 5) écartés les uns des autres afin d’obtenir un saut de 0,40 m à 1,50 m, le plus petit élément est placé en premier.

  • Largeur hors tout :

 

Catégorie « B et D » 70 cm à 90 cm avec 3 à 4 éléments,

 

  • Longueur des éléments:

 

1,20 m minimum. Hauteur de I’élément le plus élevé: 28 cm. Hauteur de I’élément le plus bas: 15 cm. Largeur des éléments: 15 cm, légèrement inclinés. Les quatre coins sont matérialisés par des piquets d’une hauteur d’environ 1,20 m. avec protection supérieure. Les piquets doivent êtres indépendants des éléments, ils sont une aide pour le jugement.

La mise en place doit se faire en ligne droite par rapport à l’obstacle précédent.

DB – LES ZONES DE CONTACT :

La couleur des zones de contacts ne peut être blanche, noir ou brune.

a – La passerelle :

Hauteur minimum 1,20 m. maximum 1 ,30 m. Largeur de la planche de marche 30 cm.

Longueur de chaque élément : minimum 3,60m, maximum 3,80 m. Les rampes sont pourvues de petits liteaux cloués à espaces réguliers (env. tous les 25 cm) pour faciliter I’accès et éviter les glissades. Ces liteaux auront une hauteur de 5 à 10 mm et une largeur maximum de 20 mm. Les arêtes sont chanfreinées. Les parties inférieures des rampes doivent être peintes de couleur différente. (sur le dessus et sur les champs) sur une longueur de 90 cm par rapport au sol pour marquer la « zone de contact ». Un liteau ne peut être posé en limite supérieure de cette zone mais au moins à 10 cm.

Les surfaces doivent être antidérapantes et les zones de contacts électroniques peuvent être utilisées.

Les jambes de soutien doivent assurer une stabilité à la passerelle et ne pas dépasser le plan horizontal.

Les structures de soutien ne doivent pas empêcher la mise en place du tunnel sous la passerelle.

b – La balançoire :

Largeur: 30 cm. Longueur mini. 3,60 m, max. 3,80 m.

Hauteur du pivot central 60cm mesuré du sol jusqu’au dessus de la planche.

Les surfaces doivent être antidérapantes et les zones de contacts électroniques peuvent être utilisées.

Les zones de contact sont identiques à celles de la passerelle soit 90 cm. Elle doit être stable et antidérapante et ne comporte pas de liteaux

La balançoire doit être équilibrée, son basculement ne doit être ni trop rapide ni trop dur pour permettre aux petits chiens de pouvoir la faire basculer.

Moyen de contrôle :

Placer une charge d’un kilo au milieu de la zone de contact de descente, son basculement jusqu’au sol doit s’effectuer entre 2 et 3 secondes. Si cela n’est pas le cas, régler le point de basculement avec un contrepoids si nécessaire.

c – La palissade :

Composée de deux éléments formant un A

Largeur minimale : 0,90 m qui pourra être portée en partie basse à 1,15 m.

Point le plus haut par rapport au sol : 1,70 m pour tous les chiens. La longueur des rampes est comprise entre 2,65m et 2,75m. Les surfaces doivent être antidérapantes et les zones de contacts électroniques peuvent être utilisées.

Les rampes sont pourvues de liteaux cloués à espaces réguliers (tous les 25 cm) pour faciliter I’accès et éviter les glissades. Les parties inférieures des rampes doivent être peintes de couleur différente (sur le dessus et sur les champs) sur une longueur de 106 cm par rapport au sol pour marquer la « zone de contact ».

Un liteau ne peut être posé en limite supérieure de cette zone mais au moins à 10 cm. Ces liteaux ont une hauteur de 5 à 10 mm et une largeur maximum de 20 mm. Les arêtes sont chanfreinées.

Le sommet de la palissade ne doit présenter aucun danger pour le chien, au besoin on fixera une faîtière de protection en caoutchouc.

DC – AUTRES OBSTACLES :

a – Le slalom :

Nombre de piquets : 12.

Intervalles entre chaque poteau : 60 cm.

Les poteaux doivent être rigides d’un diamètre de 3 à 5 cm et doivent avoir une hauteur comprise entre : 1,00 m à 1,20 m.

(Poteaux en métal interdit) Les poteaux doivent être en bois ou en matériaux synthétique sécurisé.

Le support de piquets aura une épaisseur maximale de 8 mm et une largeur maximale de 8 cm.

b – Le tunnel rigide :

Diamètre intérieur: 60 cm. Longueur : 3 à 6 mètres. Les fixations au sol ne présentent aucun danger pour le chien. Flexible, il permet de réaliser une ou plusieurs courbes. Lorsqu’il est placé en U, le numéro mis entre les deux trous, autorise le chien à prendre l’une ou l’autre des entrées (*).

*cette spécificité n’est pas applicable sur les autres obstacles du parcours.

Deux passages au maximum sur une même épreuve, trois si le tunnel souple n’est pas sur l’épreuve.

c – Le tunnel souple :

Entrée en arceau rigide sur une longueur de 90 cm. Hauteur : 60 cm. Largeur 60 à 65 cm.

La surface de l’entrée doit être antidérapante.

La sortie est en matériau souple dont la longueur est de 3 m et d’un diamètre de 60 à 65 cm. La sortie du tunnel sera fixée au sol ou lestée dans la partie inférieure de manière à garder une ouverture de 50 cm de large permettant le passage de tous les chiens. L’entrée comporte une protection arrondie pour éviter que le chien ne se blesse.

Trois passages au maximum dans les tunnels sur une même épreuve dont un seul dans le tunnel souple.

d – La table :

Surface : Minimum: 0,90 x 0,90 m – Maximum: 1,20 x 1,20m.

Catégorie « A » hauteur 35 cm,

Catégorie « B, C, D » hauteur 50 cm.

Elle doit être stable avec une partie supérieure antidérapante.

La table peut être équipée d’un comptage électronique comprenant une zone de contact électronique à poser sur le plateau de la table. Cette zone est plus petite que le plateau (-10 cm de chaque coté)

Le système électronique de comptage doit avoir un signal de décompte et de fin des 5 secondes.

Les pieds ou le support ne doivent pas empêcher le chien d’aller sous la table.

Les bords doivent avoir une couleur différente de la surface de la table.

Source SCC : http://magazinecneac.fr/?q=discipline/agility/reglement-agility/D-les-agres